Bienvenue à Guignicourt

Au carrefour de l’Aisne, des Ardennes et de la Marne, Guignicourt est une petite ville paisible de 2 200 habitants, située à 25 km de Reims et 34 km de Laon, à 4 km de l’A26.

Au carrefour de l’Aisne, des Ardennes et de la Marne, Guignicourt est une petite ville paisible de 2 200 habitants, située à 25 km de Reims et 34 km de Laon, à 4 km de l’A26.

Au carrefour de l’Aisne, des Ardennes et de la Marne, Guignicourt est une petite ville paisible de 2 200 habitants, située à 25 km de Reims et 34 km de Laon, à 4 km de l’A26.

Au carrefour de l’Aisne, des Ardennes et de la Marne, Guignicourt est une petite ville paisible de 2 200 habitants, située à 25 km de Reims et 34 km de Laon, à 4 km de l’A26.

Au carrefour de l’Aisne, des Ardennes et de la Marne, Guignicourt est une petite ville paisible de 2 200 habitants, située à 25 km de Reims et 34 km de Laon, à 4 km de l’A26.

Au carrefour de l’Aisne, des Ardennes et de la Marne, Guignicourt est une petite ville paisible de 2 200 habitants, située à 25 km de Reims et 34 km de Laon, à 4 km de l’A26.

Modèle de croissance raisonnable, Guignicourt se distingue par son cadre de vie agréable et ses manifestations régionalement reconnues.

Modèle de croissance raisonnable, Guignicourt se distingue par son cadre de vie agréable et ses manifestations régionalement reconnues.

Modèle de croissance raisonnable, Guignicourt se distingue par son cadre de vie agréable et ses manifestations régionalement reconnues.

Modèle de croissance raisonnable, Guignicourt se distingue par son cadre de vie agréable et ses manifestations régionalement reconnues.

Modèle de croissance raisonnable, Guignicourt se distingue par son cadre de vie agréable et ses manifestations régionalement reconnues.

Aux nombreux commerces et services de proximité s’ajoutent des équipements culturels et sportifs permettant à chacun d’y assouvir sa passion : près de 40 associations sont présentes.

Aux nombreux commerces et services de proximité s’ajoutent des équipements culturels et sportifs permettant à chacun d’y assouvir sa passion : près de 40 associations sont présentes.

Aux nombreux commerces et services de proximité s’ajoutent des équipements culturels et sportifs permettant à chacun d’y assouvir sa passion : près de 40 associations sont présentes.

Aux nombreux commerces et services de proximité s’ajoutent des équipements culturels et sportifs permettant à chacun d’y assouvir sa passion : près de 40 associations sont présentes.

Aux nombreux commerces et services de proximité s’ajoutent des équipements culturels et sportifs permettant à chacun d’y assouvir sa passion : près de 40 associations sont présentes.

Aux nombreux commerces et services de proximité s’ajoutent des équipements culturels et sportifs permettant à chacun d’y assouvir sa passion : près de 40 associations sont présentes.

La Seconde Guerre mondiale

Cruellement éprouvés au cours de la Première Guerre, notre village et ses habitants sont à nouveau exposés aux vicissitudes de la guerre.

La journée tragique du 14 mai 1940

Le 23 mai 1980, une délégation des « Diables Bleus de Saverne » se recueillait au monument aux Morts de Guignicourt pour se souvenir de la tragédie, survenue le 14 mai 1940. Parti de la région de Dormans, le train acheminant vers la Belgique les hommes du 10e Bataillon de Chasseurs à Pied (10e BCP) s’arrêtait en gare de Guignicourt. Peu après son arrivée, le convoi était la cible d’une attaque aérienne, occasionnant 24 morts, 54 blessés, dont 15 succombèrent les jours suivants.

Le 8 mai 1982, en gare de Guignicourt, les Anciens du 10e BCP inauguraient une plaque commémorative du bombardement, en hommage à leurs glorieux camarades. Le 8 mai 2010, l’amicale des Diables Bleus de la région de Saverne et la municipalité ont commémoré le 70e anniversaire de cet événement, à l’issue de la traditionnelle cérémonie au monument aux Morts.

01SecondeGuerre10BCP1982
Le 10e Bataillon de Chasseurs à Pied

Sa devise : « Faire face toujours ! »
Son refrain : « 10e Bataillon ! Commandant Mac-Mahon,
N’a pas peur du canon. Nom de nom ! »

La 10e BCP a été créé le 4 décembre 1840 au camp d’Helfaut, près de Saint-Omer, et placé sous le commandement du Chef d’Escadron de Mac-Mahon, futur Maréchal de France et Président de la République (ce qui vaudra au Bataillon son refrain).

Dès 1841 et durant six ans, il participe aux opérations de pacification en Algérie. De 1854 à 1856, le 10e BCP est engagé en Crimée où il prend part au siège de Sébastopol. Rentré en France, il repart pour l’Italie et se distingue tout particulièrement à la Bataille de Solférino, le 24 juin 1859. Il participe à la guerre de 1870-1871, où il subit dans la région de Metz le sort de l’armée de Bazaine. De 1873 à 1914, il prend ses quartiers à Saint-Dié. Durant le premier conflir mondial, il est engagé dans presque tous les secteurs du front français. Dans notre région, il combat au Chemin des Dames. Dès l’automne 1919, le 10e BCP est chargé par les gouvernements alliés de faire respecter les traités de paix dans le corridor de Dantzig, puis en Haute-Silésie.

De 1922 à 1940, le 10e BCP prend officiellement ses quartiers au château des Rohan à Saverne, dénommé alors Quartier Raoult. De fin août 1939 et durant l’hiver 1939-1940, le 10e BCP stationne en différents endroits de la ligne Maginot. Après la journée tragique du 14 mai 1940 à Guignicourt, il rejoint la Belgique et se distingue brillamment lors des combats de Blaregnies, le 23 mai 1940.

Dissout en 1942, le 10e BCP est recréé au Maroc en 1946 et devient Bataillon Parachutiste de Chasseurs à Pied en 1947 (10e BPCP). Il fait campagne en Indochine de 1950 et 1952. Redevenu 10e BCP, il intervient en Algérie de 1954 à 1964 puis est à nouveau dissout. Le 14 juin 1974, le 10e BCP est recréé à Saverne comme Bataillon de réserve de la Division du Rhin. Après la réforme des armées décidée en 1996, il est dissout en 1997.

La place du 10e BCP

01SecondeGuerre10BCP2015

En hommage aux victimes du bombardement du 14 mai 1940, la place faisant face à la gare SNCF a été baptisée « Place du 10e BCP » lors des commémorations du 8 mai 2015, avec la participation des associations locales d’Anciens Combattants et l’amicale des Diables Bleus de la région de Saverne et des Anciens du 10e BCP.