Exposition-conférence Le sport durant la Première Guerre

La commune de Guignicourt vous invite à participer à la conférence-exposition qui aura lieu à la salle des fêtes vendredi 5 octobre 2018. L’exposition met en valeur 34 sportifs de haut niveau dans leur discipline, morts sur le Chemin des Dames. Ces combattants avaient un nom, une histoire, certains étaient de grands champions, d’autres avaient un devenir sportif prometteur, mais tous constituaient l’excellence dans leur sport et surent le montrer sur le champ de bataille. L’exposition qui leur rend hommage a été initiée par le Syndicat mixte de l’Ailette en 2014, suite à un article de presse et à un reportage passé sur ARTE sur « L’héritage inattendu de la Grande Guerre ». Bénéficiant du soutien du conseil départemental, le travail de mémoire a nécessité 6 mois de recherche, d’échanges et d’écriture, pour aboutir à la réalisation de cette exposition et au dévoilement des plaques portant le nom des 34 sportifs à Cap’Aisne (Chamouille). Présentation de l’expo à 19h / Conférence de M. MERCKEL à 20h30Télécharger le pdf de présentation…

Lire la suite…Exposition-conférence Le sport durant la Première Guerre

Fin de publication le 09/10/2018

Expo Menneville au temps de la Grande Guerre

Dans le cadre de la journée du centenaire, la commune de Menneville et le MIL vous proposent une exposition de cartes postales qui aura lieu dimanche 7 octobre 2018 de 9h à 18h, à la salle des fêtes de Menneville. À 17h, M. Guy Marival animera la conférence « La vie en 1914-1918 dans les villages de l’arrière-front allemand ».

Fin de publication le 08/10/2018

Neufchâtel-sur-Aisne : un livre sur 20 siècles d’histoire

Hervé Paul auteur de « Neufchâtel-sur-Aisne Vingt siècles d’histoire d’un village français » a été reçu par Jean-Marie Lenice président de l’association des Amis du Musée Driant.

Originaire de Neufchâtel-sur-Aisne, Hervé Paul est l’auteur de plusieurs biographies de personnages rémois. Il nous raconte aujourd’hui la riche histoire de ce village voisin à travers les siècles. Neufchâtel-sur-Aisne est un village situé dans la vallée de l’Aisne, à une vingtaine de kilomètres au nord de Reims, limitrophe des départements des Ardennes et de la Marne, au confluent des rivières Aisne et La Retourne, dans une vallée propice à l’agriculture depuis les temps les plus reculés. Le lieu est chargé d’histoire depuis la conquête romaine (Jules César a affronté les Belges fédérés à une dizaine de kilomètres de là en 57 avant J.-C.). Les hypothèses relatives au franchissement de l’Aisne par la voie romaine de Reims à Bavay et aux châteaux de Neufchâtel sont passées en revue. Hervé Paul vous propose de découvrir le village au Moyen Âge (les comtes de Roucy sont les principaux seigneurs de Neufchâtel pendant plusieurs siècles), les périodes troublées de la Guerre de Cent ans et de bien d’autres conflits, le traumatisme des deux guerres mondiales où le village a subi plus de huit ans d’occupation allemande en trente ans : destruction du village (et disparition du lieutenant-colonel Émile Driant, célèbre natif de Neufchâtel) pendant la Première Guerre mondiale, développement et arrestation du réseau de résistance « Liberté » pendant la Seconde Guerre mondiale.

Lire la suite…Neufchâtel-sur-Aisne : un livre sur 20 siècles d’histoire

Sur la trace des 220 Guignicourtois réfugiés en Belgique en 1917…

L’exode des Guignicourtois

La place du village avant 1914 – Le chalet Sully-Gilbert, la boucherie Péromet (aujourd’hui bureau de tabac) et la poste.

Quelques semaines en amont de l’offensive française sur le Chemin des Dames dont l’armée allemande a été informée de son imminence, la date du 10 mars 1917 marque l’ultime évacuation des Guignicourtois. Ce 10 mars, sous la neige, à 7 heures du matin, l’armée allemande rassemble les habitants de notre village sur la place pour une destination inconnue : à pied pour les plus valides, dans des chariots pour les femmes, les enfants, les blessés et impotents, presque sans bagages, en un convoi pénible, les Guignicourtois rejoignent la gare de Saint‑Erme. Après un voyage difficile, ils débarquent en Belgique dans différents petits villages de la région de Namur, où il séjourneront plusieurs mois avant de rejoindre les départements d’accueil français.

Lire la suite…Sur la trace des 220 Guignicourtois réfugiés en Belgique en 1917…